La vente à la propriété, un marché à privilégier fortement cet été


Magazine "Union Girondine des Vins de Bordeaux", N° 1177, Juin 2020

=> https://www.union-girondine.com/




Extraits de l'article "La vente à la propriété, un marché à privilégier fortement cet été", pages 22 à 24, par Emmanuel Danielou, Rédacteur en chef .


"L'épisode du confinement a mis à l'arrêt nombre de propriétés. Les ventes en CHR ont chuté, les ventes à l'export se sont maintenues tant bien que mal. Les ventes aux particuliers sont une opportunité non négligeable cet été. Après la Saint-Vincent, qui a permis d'humaniser les ventes de vins de Bordeaux, pourquoi ne pas profiter de l'été à venir, et la proximité avec un tourisme local ou hexagonal, pour redorer le blason des vins de Bordeaux, montrer les efforts environnementaux, le très bon rapport qualité-prix et le souci permanent de la qualité..."




"...La conquête du visitorat de proximité.

Une situation qui ne surprend guère Catherine Leparmentier, directrice de développement du tourisme international à la CCI de Gironde, fondatrice des Great Wine Capitals, et spécialiste internationale de l'œnotourisme. « L'œnotourisme est rarement une activité de proximité. À Bordeaux, dans les châteaux, l'essentiel du visitorat n'est pas local. Ce sera donc un exercice de conquête de la proximité à engager. Jusqu'à présent, l'œnotourisme de proximité existait essentiellement par les portes ouvertes. Tout l'enjeu de cette année est de s'approprier cette nouvelle clientèle. Il nous faut donc engager une activité commerciale et de promotion en direction des habitants de la région. Il va donc falloir en faire plus qu'à Catherine Leparmentier voit aussi dans cette période des opportunités à exploiter à court et moyen terme. Les gîtes ont une carte à jouer. Les Français recherchent des points de chute de proximité, dans des lieux faible fréquentation. Or, cette offre, le vignoble la propose. Autre travail à réaliser: « Les visites de clients régionaux, c'est aussi la constitution d'un fichier local, et la mise en route, avec cette nouvelle clientèle, d'un travail de fidélisation. » ..."




"...Autre acteur de l'œnotourisme à avoir changé son fusil d'épaule, Christophe Decogné, de l'entreprise conseil en œnotourisme « Vignes et Verres « Avec le Covid, j'ai complètement changé mes formations. Le premier axe que nous devons développer est un travail sur le territoire national. Se tourner vers les particuliers à même d'acheter du vin, et les touristes qui vont rester dans l'Hexagone. » « J'invite les châteaux Que je suis à se mettre en ordre de bataille pour créer des "Wine Club". Cela se fait beaucoup au Portugal ou dans la Napa Valley en Californie. C'est-à-dire créer de l'exceptionnel autre que du réceptif. Tout l'enjeu à Bordeaux est de rapprocher les habitants de leur vignoble, qu'ils soient fiers de leurs vins, et le disent. »..."


"...Avoir des professionnels du vin bons » en tourisme

Ce nouveau Girondin qui a parcouru de nombreux vignobles de France trouve en Bordeaux matière à développement: « Le constat est qu'il nous faut parvenir à avoir des professionnels du Vin qui soient bons en tourisme. Et non des professionnels du tourisme qui s'essayent au vin ! En tourisme, c'est comme en marketing, on ne peut s'adresser à tout le monde en même temps. Il faut donc travailler sa cible, et professionnaliser son offre. »

Christophe Decogné, lors de ses formations, essaye d'apporter de la distance pour analyser son domaine viticole: « J'essaye d'extraire les clients de leur propriété pour les aider à Visualiser les atouts qu'ils ont à disposition. Et travailler avec ce que l'on a de mieux pour donner envie. »

À travers la démarche qu'il engage, et son passé de restaurateur, il se veut être « un pédagogue sympathique. Pour cette raison, je travaille avec la Maison des Sciences de l'Homme à Dijon, pour permettre de travailler sur un vocabulaire lisible pour le consommateur du vigneron. Il existe un fossé entre le langage des professionnels et celui des béotiens. Tout l'enjeu est de créer des passerelles, des correspondances pour éclairer le consommateur. cela peut se faire à travers l'accord mets-vins. Nous sommes dans une logique d'éducation et de plaisir. Nous devons garder à l'esprit que nous avons deux ou trois générations qui n'ont pas eu d'éducation au vin. Aujourd'hui, des jeunes de 25 ans sont en recherche d'apprendre, non de façon théorique, mais en pratiquant, en s'amusant. La vraie future clientèle est là, dons la connaissance plaisir. »..."

- Saint Emilion / Lamothe-Montravel -

  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Twitter Icon

Référencements et engagements de Vignes & Verres

LogoBdxFrenchTech.jpg
datadock.jpg
Logo-Ocapiat.png
Logo_clubdelapressebordeaux.png
innovin-logo2017-RVB.jpg
LogoFoodTech.png

©2020 by Vignes & Verres. Made with love in Saint Emilion & Périgord